Première journée inspirante

See video

Par: Nathaly Guillemette et Brigitte Sottile

Pour la plupart, c'était hier la première journée de la 61e session aux Nations Unis de la Commission de la condition de la femme. Pour le Congrès du travail du Canada, le travail d’analyse et de recommendations des textes à être adoptés par les différents pays participants étaient déjà amorcés bien avant notre arrivée.

Les membres de la délégation canadienne à l’ONU sont déjà affairées à assister à diverses conférences et à réseauter. À l'agenda hier, conférence intéressante sur l'intersectionnalité, notion qui désigne la situation de personnes subissant simultanément plusieurs formes de domination ou de discrimination dans une société. 

En après-midi, j'ai été impressionnée par l'histoire de Régine Alende Tshombokongo, présidente de l'association CEJFI, originaire du Congo.  Elle habite maintenant à Montréal et s'occupe des femmes immigrantes déqualifiées, c’est-à-dire qui sont diplômées dans leur pays mais dont les compétences ne sont pas reconnues au Canada.  Ces femmes sont souvent isolées, dépourvues et vivent dans la pauvreté. Cet organisme vise à sortir ces femmes de l’isolement, leur redonner confiance et les outiller pour redevenir pleinement autonome dans notre société. Voici le lien de l'organisme: http://www.cejfi.org/

Comments

Post new comment

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.